Lorsqu’on ne connaît pas, ou peu, le monde de la vidéo, on pense parfois que filmer se résume à appuyer sur un bouton. Mais, appareil en mains, on se rend très vite compte que c’est un peu plus compliqué. Parce que, comme pour la photographie, en vidéo le tout automatique est à proscrire. Et ça commence par une bonne exposition.

Avec une caméra ou un appareil photo (hybride, réflex, compact…) exposer correctement son plan est primordial. En fait, ce réglage est très certainement LE plus important de tous pour l’image. Pourquoi ? Tout simplement parce, dans les cas extrêmes, un rush sous ou surexposé aboutira à la poubelle. Inexploitable.
Alors comment faire pour éviter une telle déconvenue ? Rien de plus simple ! Mettez en place le triangle de l’exposition.

Le triangle de l’exposition : l’ouverture

Premier réglage avant de cliquer sur le petit bouton rouge : l’ouverture de votre diaph. En jouant sur le f/ de votre optique vous allez influer sur la quantité de lumière qui va passer dans l’objectif pour aller taper le capteur de votre appareil. Micro 4/3, plein format Ascp… peu importe la taille de ce dernier, la mécanique est la même.

Bien sûr, tous les objectifs ne sont pas équivalents. En fonction de la marque, du prix et des caractéristiques… les performances varient. Qu’importe : plus le chiffre indiqué sera petit, plus l’ouverture de votre diaphragme sera importante. Oui c’est mal foutu. En suivant cette logique, plus votre f/ sera élevé, plus votre diaph sera fermé.

Maintenant que vous avez compris comment régler le diaph, voyons son utilité. Et la première est mathématique… Vous l’aurez deviné, plus votre diaph sera ouvert (le chiffre indiqué sera donc petit), plus votre objectif laissera passer de lumière et plus votre plan sera lumineux. Inversement, en augmentant vos f/, vous obtiendrez une image plus sombre.

Mais outre l’ajustement de l’exposition de votre plan, l’ouverture vous permet aussi de jouer les artistes. En effet, avec un diaph grand ouvert, vous obtiendrez un sujet net au premier plan tandis que le background sera flou. On parle alors de profondeur de champ.

Le triangle de l’exposition : les ISO

Mais alors que faire si, dans un lieu sombre, votre diaph est déjà est grand ouvert, mais que l’image obtenue reste toujours sous exposée à votre goût ? Pas de panique… En jouant sur les ISO, un paramètre influant sur la sensibilité à la lumière de votre capteur, vous aurez une marge de manœuvre. Plus vous augmenterez votre sensibilité aux ISO, plus vous récupérerez des informations dans les noirs. Pratique n’est-ce pas ? Surtout lors d’un tournage de nuit.

Oui mais voilà, comme dans tout il ne faut pas abuser des bonnes choses. Parce qu’au-delà d’une certaine valeur (qui dépendra de votre boîtier), du bruit, proche du grain pour faire un parallèle avec la photographie, apparaîtra sur votre image.

Le triangle de l’exposition : la vitesse d’obturation

Dernier réglage du triangle de l’exposition : la vitesse d’obturation ou shutter speed. Un paramètre qui détermine la vitesse à laquelle l’image enregistrée va être incrustée sur le capteur. Ça c’est pour la théorie. Parce que dans les faits, si ce paramètre est prépondérant dans l’univers de la photographie, en vous permettant de jouer sur le rendu des clichés, il est bien moins habituel de jouer avec en vidéo.

Il est même recommandé de ne pas trop toucher au shutter speed. Pour le régler, il vous suffit de connaître une chose : la fréquence d’image à laquelle vous allez tourner. Cette donnée étant connue, multipliez simplement par deux ce nombre d’images par seconde pour régler la vitesse d’obturation. Donc, si vous tournez à 25 images par seconde, il vous faudra régler le shutter speed sur 1/50. Et, si vous tournez à 30 images par secondes le shutter speed sera à 1/60.

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger notre livre blanc “video marketing” et à contacter notre agence de vidéo marketing.

Publié par Maxime Kgozien

Après avoir obtenu mon Master en journalisme en octobre 2016, je suis parti pendant neuf mois au Népal pour le compte de l’association Rock’n Wood en tant que Journaliste Reporter d’Images (JRI). De retour sur le sol français, mon profil de journaliste et ma passion pour l’outil vidéo ont poussé Gabriel à me faire rejoindre les équipes d’1min30 pour y occuper le poste de Chef de projet vidéo. Sérieux, franc et très curieux, ma mission a pour but de capter la vie de l’agence parisienne, de suivre son fondateur dans ses différents rendez-vous professionnels et de vulgariser l’Inbound Marketing auprès du grand public. Objectif ? Proposer un contenu à la fois dynamique et vecteur d’émotions pour renforcer le lien entre l’agence et sa communauté. Vous avez des idées, des attentes quant à la découverte de la marque 1min30 ? Alors, n’hésitez pas à me contacter pour m’en faire part. Parce que oui ! Ensemble que nous allons co-créer la première « télé-réalité » d’entreprise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *